fbpx

10 œuvres d’art les plus chères vendues en 2019

Sujet légèrement différent puisqu’on s’attaque à l’investissement le plus « alternatif » de tous : l’art.

Voici le classement des œuvres les plus chères vendues en 2019 :


RangArtisteOeuvreAnnée de créationPrix (frais inclus)DateMaison de ventesVille
1Léonard de Vinci (1452-1519)Salvator Mundic.1500450 312 500 $15/11/2017Christie'sNew York
2Pablo PICASSO (1881-1973)Les femmes d'Alger (Version 'O')1955179 365 000 $11/05/2015Christie'sNew York
3Amedeo MODIGLIANI (1884-1920)Nu couché1917-18170 405 000 $09/11/2015Christie'sNew York
4Amedeo MODIGLIANI (1884-1920)Nu couché (sur le côté gauche)1917157 159 000 $14/05/2018Sotheby'sNew York
5Francis BACON (1909-1992)Three Studies of Lucian Freud1969142 405 000 $12/11/2013Christie'sNew York
6Alberto GIACOMETTI (1901-1966)L'homme au doigt1947141 285 000 $11/05/2015Christie'sNew York
7QI Baishi (1864-1957)Screens of landscapes1925140 954 580 $17/12/2017PolyPékin
8Edvard MUNCH (1863-1944)The scream1895119 922 500 $02/05/2012Sotheby'sNew York
9Pablo PICASSO (1881-1973)Fillette à la corbeille fleurie1905115 000 000 $08/05/2018Christie'sNew York
10Claude MONET (1840-1926)Meules1890110 747 000 $14/05/2019Sotheby'sNew York

Les années précédentes ?

Il y a six ans, en 2013, le top 10 affichait un palmarès résolument occidental et moderne, avec un Pablo Picasso omniprésent tenant 32 % du chiffre d’affaires. Trois œuvres de Picasso comptaient alors parmi les 10 œuvres les plus couteuses de la planète, sans que Picasso ne détrône pour autant Le Cri (1895) de Edvard Munch, vendue près de 120 millions de dollars américains en 2012. Un record pour l’époque !

En 2016, changement d’échelle : le prix du record a presque doublé en 10 ans et le top 10 n’affiche que des œuvres martelées à plus de 100 000 000 $. Six d’entre elles ont été créés après la Seconde Guerre mondiale. Picasso, dont le Garçon à la pipe avait été le premier à passer la barre symbolique des 100 000 000 $ en 2004 (avec les frais), renouvelle son record absolu à plus de 179 000 000 $ avec Les femmes d’Alger (Version ‘O’). Non loin derrière, on retrouvera le sculpteur Alberto Giacometti qui devient le sculpteur le plus cher du monde, avec trois œuvres vendues pour plus de 100 000 000 $ chacune.

Mais le prix le plus important restera le Salvator Mundi de Léonard De Vinci, part à 450 000 000 $ le 15 novembre 2017.

Cette année

Cette année 2019 consacre une seule nouvelle entrée avec Meules (1890) de Claude MONET détenant le nouveau record mondial pour une œuvre Impressionniste, à plus de 110 000 000 $. Le propriétaire qui a mis le tableau en vente l’avait acquis en 1986 pour 2 500 000 $ chez Christie’s[1]. D’ailleurs, à une exception près, les plus beaux records mondiaux proviennent de Sotheby’s et de Christie’s. Ces deux maisons de vente britanniques sont les seules à avoir la puissance financière nécessaire pour s’engager auprès des vendeurs par le biais des systèmes de garantie, afin d’obtenir des collectionneurs qu’ils leurs confient leurs chefs-d’œuvre. Mais la concurrence est rude et demande une réinvention perpétuelle.

Un autre fait marquant est l’arrivée de QI Baishi (1864-1957) grâce à la vente de Screens of Landscapes (山水十二条屏) pour près de 141 000 000 dollars chez Poly Auction à Pékin. C’est l’ensemble de tableaux que j’ai mis au tout début de cet article. C’est d’une part le prix le plus haut jamais payé pour l’œuvre d’un artiste chinois, mais également la première fois qu’un artiste chinois passe la barre des 100 000 000 $. C’est aussi le signe que les sociétés de vente chinoises sont capables de pousser les enchères au niveau des plus grandes maisons occidentales. Les œuvres de l’artiste étaient déjà présentes en 2017.

Investir dans l’art

C’est un marché qui semble porteur, et les œuvres des plus grands maîtres ne perdent jamais de valeur. Mais qui sur cette planète peut se les procurer ? Pour les particuliers l’art est un marché obscur et absolument pas régulé. Ce qui a ses avantages et ses inconvénients.

Le risque est important, avec une volatilité conséquente. Le principal avantage pour les investisseurs est la non-corrélation avec les marchés financiers. C’est pour cela qu’on parle d’investissement alternatif (au même titre que les hedge funds, l’immobilier ou encore les matières premières).

La fiscalité sur ce genre d’investissement peut s’avérer intéressant. On se souvent notamment que les œuvres d’art n’était pas compté dans le calcul de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune pour nos contribuables les plus aisés.[2]

Si le sujet vous intéresse, je pourrai faire des articles plus poussés sur le sujet, bien que cela reste un marché réservé à des portefeuilles importants, le ticket d’entrée minimum étant à environ 5000 € pour, par exemple, des œuvres de type manuscrits anciens, lettres manuscrites autographes, partitions musicales, ou des photographies de grandes signatures telles que Doisneau ou encore Man Ray.

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le dire en commentaire, à poser des questions, à liker la page des Investisseurs Malins sur Facebook, sur Instagram et à partager. Nous avons à cœur d’aider un maximum de gens à être plus malins dans l’utilisation de leur argent.


[1] Attention, je ne fais pas là une comparaison : les 30 qui séparent les deux dates rendent la comparaison impossible, à cause de l’inflation, le coût d’opportunité etc. Il ne faut jamais comparer

[2] Cyrille Pluyette. (2020) Les œuvres d’art ne seront pas intégrées à l’ISF. Retrieved January 15, 2020, from https://www.lefigaro.fr/impots/2014/10/17/05003-20141017ARTFIG00301-les-oeuvres-d-art-ne-seront-pas-integrees-a-l-isf.php

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fais toi plaisir c'est cadeau

En vous inscrivant pour recevoir votre guide, vous recevrez également des articles, vidéos, des informations sur mes livres et formations, des offres commerciales et d’autres conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie.  
 
Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. (Voir mentions légales complètes en bas de page.)